La piscine médicale

La piscine médicale

La piscine dite médicale est réservée pour les professionnels de la santé ou de la remise en forme. On en trouve donc notamment dans les hôpitaux, les cliniques, les centres de kinésithérapie, les centres de rééducations et tous les centres qui utilisent l’hydrothérapie ou la balnéothérapie.

Les règles d’hygiènes de la piscine médicale

La vocation d’une piscine médicale est d’accueillir une clientèle. L’usage collectif impose le respect de norme d’hygiène. Pour un club, une clinique ou un centre de remise en forme, possédez une piscine médicale est un atout indéniable mais il faut absolument proposer une eau de qualité. Cette nécessité est d’ailleurs imposée par la loi.

Dans ce domaine c’est la direction départementale des affaires sanitaires et sociales qui fixe les règles. Cet organisme procédé à des contrôles mensuels et il vaut mieux ne pas être pris à défaut.

L’eau d’une piscine médicale se doit de respecter les normes car cela peut avoir un impacte sur la santé des nageurs. En effet, une eau pas assez désinfectante ou avec un pH inadapté est particulièrement néfaste pour une piscine médicale qui accueille de nombreux nageurs. Si l’eau contient des microbes, vous imaginez bien que les risques de propagations existent.

Cette nécessité d’une eau de qualité est renforcée par le fait que l’eau d’une piscine médicale est plus chauffée qu’une piscine traditionnelle. Plus, la température de l’eau est chaude et plus, les germes peuvent se développer.

La loi impose donc aux piscines médicales d’être aménagée pour permettre au maximum de rendre l’eau transparente, désinfectante, désinfectée, non irritante et de garantir l’absence de microbes ou de germes pathogènes. Cela passe par un entretien de précision.

L’entretien de la piscine médicale

Pour respecter la loi les piscines médicales sont toutes équiper d’un système de filtration performant. Mais cela ne suffit pas et les lois en vigueurs obligent à un entretien méthodique. Un entretien qui ne peut échapper à trois règles essentiels au niveau de :

La filtration : Les bassins d’une profondeur inférieure à 1.50 mètres, doivent posséder un système de filtration dont le processus de traitement de l’eau doit se faire en 1 heure 30. Pour les bassins plus profonds, le cycle du processus de filtration ne doit pas dépasser 4 heures alors qu’il ne doit être que de 30 minutes pour les pataugeoires. Sans un système de filtration performant, impossible de garantir une qualité d’eau suffisante.

La vidange et le renouvellement : Pour les propriétaires d’une piscine à usage privatif, une vidange n’est pas nécessaire dans la mesure où aucun problème de pollution majeure n’est à déplorer. Ce n’est pas la même règle pour une piscine médicale. En effet, la loi impose un renouvellement de l’eau à hauteur de 0,03 mètre cube par baigneur qui fréquente un bassin. Renouveler l’eau du bassin est une opération quotidienne qui doit se faire à l’ouverture d’un établissement. Pout la vidange complète d’un bassin, c’est une opération aussi obligatoire qui à lieu au moins deux fois par an. Plus un bassin est fréquenté et plus le nombre de vidange totale nécessaire augmente. Les vidanges partielles, quant à elles, se font toutes les semaines.

La désinfection : Pour désinfecter l’eau d’une médicalisée, vous ne pouvez utiliser que des produits chlorés au brome ou de l’ozone. Les bassins qui sont équipés de jets il est impossible d’utiliser des produits type «3 en 1» pour éviter la formation de mousse. Si vous utilisez du chlore pour la désinfection, il faudra être attentif aux doses utilisées. En cas de sous dosage les microbes ne seront pas éliminer et en cas de sur dosage l’odeur du chlore indiquera que la réglementation en vigueur n’est pas respectée.

En plus de la qualité de l’eau, l’environnement du bassin est aussi à surveiller. Il faut entretenir efficacement les plages ou les sols en utilisant deux produits différents pour le nettoyage et la désinfection. Le choix du revêtement est aussi important tout comme l’aération du bâtiment. Les baigneurs devront, quant à eux, prendre une douche savonnée avent de pénétrer dans le bassin.

Les normes sont nombreuses pour les piscines médicales. Un organisme qui souhaite s’équiper d’une telle piscine devra respecter ces différentes normes car les contrôles sont nombreux. C’est le prix à payer pour offrir les garanties sanitaires nécessaire à tous les usagers.

A savoir :

  • L’injection de produit chimique dans une piscine médicale est interdite.
  • Les centres de remises en forme qui proposent des cours d’aquagym dans des piscines médicales sont soumis à une réglementation encore plus stricte.

Des maternités utilisent des piscines médicales pour la grossesse.

Des maternités utilisent des piscines médicales pour la grossesse.

La  qualité  de l’eau d’un bassin d’aquagym est soumise à des règles très strictes.

La qualité de l’eau d’un bassin d’aquagym est soumise à des règles très strictes.

Souhaitez-vous donner votre avis sur cet article ?Pas de commentaires, pourquoi ne pas en laisser un ?