L’équilibre de l’eau de votre piscine

L’équilibre de l’eau de votre piscine

Garantir une eau claire et saine passe par la filtration et le traitement chimique de votre piscine. Des actions physiques et chimiques sont donc indispensables pour lutter contre les nombreuses pollutions. Trois indicateurs servent à mesurer l’équilibre de l’eau : le potentiel hydrogène (pH), l’alcalinité (TAC) et la dureté de l’eau (TH).

Les facteurs polluants de votre piscine

Qu’on se le dise, une piscine est un réservoir potentiel de micro-déchets. C’est pourquoi l’entretien d’une piscine est indispensable. C’est le seul moyen de lutter efficacement contre les deux principaux types de pollution : les déchets organiques et les micro-organismes.

Les déchets organiques proviennent à la fois des différents nageurs mais aussi de la nature ou encore de l’environnement. Une personne qui se baigne dans une piscine libère des déchets pouvant provenir des poils, de la sueur, de la graisse, des produits de beauté ou encore des huiles solaires. La nature participe aussi par l’intermédiaire des insectes, du pollen ou des feuilles. Enfin, l’environnement est aussi responsable en cas de pluie acide, de pollution industrielle, automobile ou suite à l’utilisation de pesticides.

La mauvaise nouvelle, c’est que les déchets organiques sont la nourriture principale des micro-organismes. Du coup, plus vous avez de déchets organiques, plus les micro-organismes vont se développer dans votre piscine. Ces micro-organismes sont aussi apportés par les nageurs (virus, bactéries), la nature (champignons, algues ou mousse) ou l’eau que vous utilisez pour remplir votre bassin (eau provenant d’un puits ou non traitée).

Par ailleurs, en été, le réchauffement des températures favorise encore plus la pollution de votre eau. Le fort ensoleillement est un vecteur qui favorise le phénomène de la photosynthèse et cela entraine le développement des algues. La nature en épanouissement libère encore plus de pollen et les insectes suivent. Le baigneur lambda n’est pas non plus innocent, il transpire plus et donc libère plus de déchets organiques. En été, il faut donc être particulièrement vigilant et surveiller de près les indicateurs qui trahissent la mauvaise qualité de l’eau de votre piscine.

Le pH ou le potentiel hydrogène

Il détermine si votre eau est acide ou basique. L’échelle va de 0 à 14. Un degré de pH à 7 correspond à une eau neutre. Plus le pH s’approche de 0, et plus votre eau est acide. A l’opposé, plus ce degré tend vers 14, et plus votre eau est basique. Si vous traitez au chlore, le degré idéal de pH pour une eau de piscine est compris entre 7,2 et 7,4.

Atteindre ce degré de pH est notamment important pour rendre les différents produits de traitement plus efficace. Le chlore n’est efficace à 100 pour cent uniquement qu’avec un pH de 5,5 (trop acide pour les baigneurs). Avec un pH entre 7,2 et 7,4 le chlore est efficace à 60 pour cent ce qui est recommandé. Les floculants utilisés pour les filtres à sable sont aussi plus efficaces avec un pH d’une bonne intensité.

Pour contrôler le degré du pH de l’eau de votre piscine, il suffit d’utiliser une bande de couleur. Le seul petit problème, c’est que le pH à tendance à varier assez souvent en fonction de l’alcalinité, de la dureté mais aussi de la teneur en gaz carbonique de votre eau. Il convient alors de vérifier sa valeur assez souvent.

Le TAC (titre alcalimétrie complet) ou l’alcalinité

Cela traduit la teneur en bicarbonates et en carbonates de votre eau de piscine. La valeur à atteindre est comprise entre 10 et 30°f (degrés français). Cela est particulièrement important car en fonction de l’alcalinité, vous pourrez modifier le pH de votre eau. Avant de vous intéressez au pH, commencez donc par le TAC. Il existe cependant des produits chimiques particuliers qui peuvent augmenter le TAC sans pour autant changer le pH.

D’un autre coté, il faut aussi veiller à préserver le gaz carbonique de votre eau. En effet, le gaz carbonique conserve les bicarbonates de calcium qui empêchent la formation de tartre. Pour éviter de perdre les gaz carboniques, il faut éviter «d’agiter» votre eau. Cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas plonger dans votre piscine mais éviter d’utiliser en permanence des jets d’eau, fontaines ou des chutes d’eau.

En laissant votre eau au calme de temps en temps, le gaz carbonique se reforme. Cela contribue à stabiliser le pH.

La dureté de l’eau ou th

Cet indicateur vous renseigne sur la teneur de votre eau en calcium et en magnésium. La valeur à atteindre doit être comprise entre 10 et 20°f (degrés français). Si vous avez une valeur supérieure à 20°f, vous vous exposez à des risques d'entartrage. Par opposition, avec une valeur inférieure à 10°f, c’est la corrosion qu’il faudra craindre.

Dans le cas où, le th de votre eau dépasse les 25°f, il est vivement conseillé d’utiliser annuellement un séquestrant de calcaire et ainsi éviter le dépôt de calcaire sur les parois du bassin de votre piscine

A savoir :

  • Les trousses de contrôle colorimétriques permettent efficacement de mesurer le pH, le TAC et le th de votre eau.
  • L’eau de votre piscine doit être renouvelée de 30 à 50 pour cent annuellement pour éviter une concentration trop grande en produits chimiques.

Souhaitez-vous donner votre avis sur cet article ?Pas de commentaires, pourquoi ne pas en laisser un ?