Les bons gestes pour la prévention et le sauvetage

Les bons gestes pour la prévention et le sauvetage

La sécurité de la piscine passe par l'apprentissage de bons gestes, car même si, en accord avec la loi, vous disposez d'un système de sécurité normalisé, aucun dispositif de protection ne remplace une bonne prévention. On ne le répétera jamais assez, se protéger des accidents c'est avant tout être vigilant. Une autre étape de la prévention consiste à être prêt à intervenir en cas de problème et cela passe par la connaissance des gestes de premier secours.

Sept gestes essentiels pour la prévention

  • Ne laissez jamais un enfant seul à proximité du bassin, et accompagnez-le le plus souvent possible dans l'eau.
  • Equipez les enfants de brassards (assurez-vous de leur conformité avec la directive EPI 89/686/CEE) et d'un maillot de bain à flotteurs dès qu'ils se trouvent à proximité du bassin. Prenez garde à ce que ces équipements soient à la taille de l'enfant.
  • Faites-en sorte qu'un seul adulte soit responsable de la surveillance, pour éviter tout malentendu.
  • Eduquez les enfants au sujet des dangers potentiels de l'eau et apprenez-leur à nager dès l'âge de 4 ans.
  • Placez à coté de votre piscine des objets comme une perche ou une bouée qui peuvent faciliter un sauvetage en cas de chute accidentelle. Prévoyez aussi un téléphone pour alerter les secours au plus vite.
  • Après la baignade, retirez tous les objets flottants qui peuvent attirer les enfants et remettez immédiatement en place votre ou vos dispositifs de sécurité.
  • Stockez toujours vos produits d'entretien de la piscine hors de portée des enfants.

Les gestes de premier secours

Si la victime respire, tournez-la sur le coté et alertez les secours, si elle ne respire pas appelez les secours puis pratiquez les gestes de premier secours en alternant bouche-à-bouche et massage cardiaque jusqu'à l'arrivée des secours.

Le bouche-à-bouche (ou ventilation artificielle)

Il consiste à insuffler de l'air dans les poumons de la victime.

  • Agenouillez-vous à côté de la victime, près de son visage.
  • Placez une main sur le front et maintenez la tête basculée doucement en arrière, pour que la langue ne bouche pas le passage.
  • Avec l’autre main, maintenez le menton en le tirant vers le haut.
  • Obstruez le nez en le pinçant entre le pouce et l'index de la main que vous avez placée sur le front.
  • Avec la main placée sous le menton de la victime, ouvrez légèrement sa bouche.
  • Inspirez normalement puis appliquez votre bouche grande ouverte autour de la bouche de la victime en appuyant fortement pour éviter toute fuite d'air. S'il s'agit d'un nourrisson, englobez à la fois le nez et la bouche.
  • Soufflez progressivement dans la bouche de la victime jusqu'à ce que sa poitrine se soulève.
  • La fréquence des insufflations doit être de 6 à 8 par minute chez l’adulte et de 15 à 20 par minute chez l'enfant.

Le massage cardiaque (ou compression thoracique)

Il consiste à comprimer le cœur pour maintenir la circulation sanguine.

  • Placez la victime sur le dos, sur un plan dur.
  • Trouvez le point de compression : chez le nourrisson, un doigt en dessous de la ligne qui unit les mamelons. Chez l'enfant et l'adulte, au milieu de la poitrine, la où les côtes se rejoignent.
  • Placez le talon de votre main (ou 3 doigts pour un nourrisson) sur ce point de compression puis placez l’autre main au-dessus de la première. N'appuyez ni sur les côtes, ni sur la partie inférieure du sternum.
  • Les bras tendus et les épaules à l’aplomb des mains, effectuez une pression verticale vers le bas en gardant le talon de la main en contact avec le sternum.
  • La durée de la compression doit être égale à celle du relâchement de la pression de la poitrine.

Effectuez 30 compressions thoraciques à une fréquence de 100 par minute, soit environ 2 compressions par seconde puis alternez avec 2 insufflations par bouche-à-bouche.

A savoir :

Ces instructions ne sauraient remplacer une formation assurée par un secouriste professionnel. Pour en savoir plus, consultez le site de la Croix-Rouge.

Souhaitez-vous donner votre avis sur cet article ?Pas de commentaires, pourquoi ne pas en laisser un ?