La composition et le relief du sol : deux paramètres de poids

La composition et le relief du sol : deux paramètres de poids

Si vous avez décidé de construire une piscine ne négligez pas une étape importante qui consiste à étudier la nature du sol qui hébergera votre bassin. En fonction de la configuration du terrain, les contraintes techniques ne seront pas les mêmes et le coût et le budget des travaux peuvent varier significativement. Il en va de même pour l'évolution dans le temps de votre bassin qui peut être malmené par un sol trop instable.

Les différents types de sol

Sol calcaire

Le sol calcaire présente un aspect blanchâtre et crayeux et se dessèche vite. Vous avez de forte probabilité d'avoir à faire à ce cas de figure, car un tiers des sols français sont calcaires. Et c'est une bonne chose, car les sols calcaires ne nécessitent pas de précautions particulières, ils présentent de plus l'avantage d'être perméables et ne nécessitent donc pas de système de drainage.

Sol sableux

Appelé aussi sol siliceux, le sol sableux n'est ni foncé, ni clair, il est rêche au toucher et se désagrège facilement quand on en prend une poignée. Il a tendance à retenir l'eau, donc à gonfler lorsqu'il est imbibé et à se resserrer lorsqu'il se dessèche. Ce type de sol est problématique pour l'installation d'une piscine car il manque de stabilité. Il faudra donc prévoir de renforcer les fondations et de mettre en place un système de drainage de l'eau.

Sol argileux

Le sol argileux est de couleur grisâtre, doux au toucher, il est très compact, si l'on en saisit une poignée il est facile de former une boule de terre. Le sol argileux se gonfler d'eau très rapidement, alors qu'en cas de sécheresse il peut changer complètement de texture. L'argile va alors se compresser et se rétracter, ce qui peut causer de graves dégâts sur une piscine. C'est pourquoi les constructions, notamment en béton, font l'objet de précautions particulières sur ce type de sol. Il faut également prévoir un système de drainage adéquat, l'eau circulant mal dans le sol argileux. Le ministère de l'écologie a réalisé des cartes départementales qui permettent de situer les zones argileuses qui présentent des risques pour la construction. Vous pouvez les consulter sur le site web www.argiles.fr.

Sol remblayé

Si vous êtes en présence d'un sol remblayé, il est important de connaitre l'ancienneté du remblai, on considère qu'un sol remblayé met entre 3 et 5 ans à se stabiliser, mais cela dépend également de la nature du remblai qui peut-être très variable. Si vous souhaitez construire une piscine sur ce type de terrain, il est fortement conseillé de procéder à une étude de sol.

Les autres éléments du sol

Les roches

La présence de roches dans votre sol, très fréquente en région montagneuse, va considérablement alourdir votre facture puisqu'il faudra détruire cette roche à l'aide d'engins spécifiques. Une opération qui peut être longue et couteuse…

Les nappes phréatiques

La présence d'une nappe phréatique dans votre terrain est un élément très important à prendre en compte. Si vous construisez, par exemple, une piscine monocoque au-dessus d'une nappe phréatique, la montée de l'eau à la suite de précipitations peut tout simplement faire remonter l'ensemble de votre piscine. En fonction de la profondeur à laquelle se situe la nappe, diverses actions sont possibles pour prévenir les problèmes : assèchement de la nappe, drainage, construction d'un puits de décompression… Autant de travaux qui vont augmenter le coût de votre projet.

Le relief du terrain

Terrain en pente

Le principal risque encouru sur un terrain en pente provient de la poussée des eaux de pluie qui peut entrainer un glissement de la piscine. La construction d'un bassin sur un terrain en pente nécessite donc la réalisation de fondations spécifiques et/ou d'un remblayage ainsi que la mise en place d'un système de drainage.

Terrain en cuvette

Les eaux de pluies s'accumulent dans un terrain en cuvette et ont plus ou moins tendance à stagner selon la nature du terrain. L'accumulation d'eau va exercer une poussée sur le bassin ce qui peut occasionner une remontée de la structure ou une pollution de l'eau de baignade. Pour prévenir ce problème il faut aplanir tant que possible le terrain et mettre en place un système de drainage.

A savoir :

20 % du territoire français se trouve en zone sismique, ces zones subissent régulièrement des mouvements du sol qui sont susceptibles de provoquer des glissements de terrain. Avant de construire une piscine, il est préférable de vous renseigner pour savoir si vous vous situez dans une zone à risque, afin de prendre les précautions qui s'imposent.

Souhaitez-vous donner votre avis sur cet article ?Pas de commentaires, pourquoi ne pas en laisser un ?