Les circuits hydrauliques de votre filtration

Les circuits hydrauliques de votre filtration

Outre les règles élémentaires de canalisation, il faut savoir que votre système de filtration est relié au bassin par un véritable réseau hydraulique capable d’alimenter différents circuits. En fonction du circuit, une canalisation appropriée doit être mise ne place. Avec un groupe de filtration intégré à la paroi vous n’aurez pas ce genre de problème mais avec un système de filtration traditionnel ou à débordement, il vaut mieux ne savoir en minimum.

Les différents circuits de votre groupe de filtration

Les circuits sont nombreux et il est préférable de les séparer pour en analyser les caractéristiques. De l’inévitable circuit de filtration et d’épuration au circuit de nage à contre courant ou de massage, les règles ne sont pas les mêmes. Il est cependant possible de regrouper certains circuits :

Le circuit d’épuration, de nettoyage, de lavage et d’évacuation :

Vous pouvez choisir votre type de canalisation. Le matériau pourra aussi bien être du PVC rigide, PVC flexible à spirale rigide, polyéthylène haute ou basse densité ou encore ABS. Pour ce qui est de la mise à l'égout, du PVC rigide spécial écoulement fera l’affaire. Nous avons déjà vu que l’enfouissement des canalisations est nécessaire pour éviter le gel. Cet enfouissement se fera en fonction de l’altitude de votre terrain. Si un enfouissement est techniquement difficile, il faudra systématiquement procéder à une vidange hivernale des conduits.

Il semble cependant plus simple d’utiliser des canalisations souples comme le PVC flexible ou encore le polyéthylène. En effet, chaque pièce d’eau possédera alors sa propre canalisation et vous vous éviterez des savants calculs de pertes de charge ou des équilibrages de circuit.

Il faudra malgré tout veiller à l’équilibrage des circuits d’aspirations surtout pour les skimmers. Pour le circuit de refoulement, il est possible d’aligner plusieurs buses. Il faut également penser à une éventuelle dilatation des matériaux et permettre aux tuyaux de pouvoir légèrement coulisser.

En ce qui concerne le rejet des eaux usées, il se fera dans le réseau d’évacuation des eaux de pluies ou éventuellement dans un puisard. Ce dernier devra avoir une capacité suffisante. Il suffit d’utiliser du thyosulfate pour neutraliser le chlore de l’eau et pouvoir donc s’en servir pour l’arrosage.

Pour ceux qui utilisent de la poudre de diatomite comme média filtrant, le renvoie vers un bac de décantation est nécessaire pour éviter d’obstruer une évacuation.

Le circuit d’alimentation d’eau :

Là encore, ce circuit dépend de vos équipements. Il est tout à fait possible d’utiliser un tuyau d’arrosage pour remplir son bassin (sans le plonger à l’intérieur). Vous pouvez également utiliser un régulateur de niveau automatique dont certains skimmers sont équipées. Dans tous les cas, l’alimentation en eau durant le remplissage de votre bassin devra présenter un déconnection avec le réseau public.

Le circuit de réchauffage :

A priori, la température moyenne de l’eau d’une piscine ne mettra pas en danger la santé d’une canalisation. Il faut savoir qu’une canalisation standard ne peut supporter la circulation d’une eau à plus de 40 degrés. C’est largement suffisant sachant qu’une eau de piscine à 25 degrés n’est déjà pas si mauvaise. Cependant, pour éviter les éventuels problèmes de dilatation, les colliers de guidage de la canalisation ne seront pas serrés. Dans des cas spécifiques une isolation particulière est envisageable pour la canalisation.

A savoir :

Il est possible que d’autres circuits viennent se greffer à ces circuits de base. C’est le cas par exemple d’un circuit de nage à contre courant. Dans ce cas, il faudra respecter les directives du fabricant de votre équipement optionnel.

Souhaitez-vous donner votre avis sur cet article ?Pas de commentaires, pourquoi ne pas en laisser un ?