La construction d’une piscine traditionnelle

La construction d’une piscine traditionnelle

La piscine traditionnelle, appelée aussi piscine maçonnée est fabriquée selon des méthodes de maçonnerie classique similaires à la construction des murs d'une maison, avec comme matériau de base le traditionnel parpaing (appelé aussi moellons). Evidemment, la construction d'une piscine doit répondre à certaines contraintes techniques qui diffèrent de la construction des murs d'une habitation. Ce type de construction présente l'avantage d'être assez économique, mais laisse peu de choix dans la forme du bassin, qui sera nécessairement géométrique.

Principe de la construction d'un bassin en parpaings

La construction d'une piscine traditionnelle consiste à monter des murs de parpaings sur une dalle en béton coulée préalablement (le radier). Les parpaings sont assemblés de façon classique avec du mortier de montage. Une structure composée uniquement de parpaings n'étant pas assez solide pour résister à la pression de l'eau, le mur sera donc consolidé verticalement et horizontalement par des renforts en béton armé. Ce type de construction n'est pas étanche, il vous faudra donc opter pour un revêtement étanche et indépendant du support de type liner ou membrane armée.

Mise en place des piliers verticaux

Pour une bonne résistance de l'édifice il doit être renforcé par des piliers verticaux placés à chaque angle et tous les deux ou trois mètres. Cette mise en place se fait au moment du coulage du radier puisque les armatures métalliques des piliers sont scellées dans le béton du radier. Les piliers pourront ensuite être coulés avant ou après le montage des murs.

Les armatures des piliers verticaux sont scellées dans le radier

Les armatures des piliers verticaux sont scellées dans le radier

Une autre méthode consiste à utiliser des parpaings disposant d'alvéoles qui viendront directement s'imbriquer sur les armatures. En superposant les parpaings, on créera une "cheminée" dans laquelle il ne restera plus qu'à couler le béton.

Une

Une "cheminée" dans laquelle le béton sera coulé

Les chainages horizontaux

Cette opération consiste à couler une ceinture de béton armé sur toute la périphérie du bassin. On réalise généralement un chainage intermédiaire après avoir monté 4 ou 5 rangées de parpaings, soit une hauteur de 80 cm ou 1 m. Pour ce faire, on utilise des planches de coffrage ou des parpaings "en U" pour former un coffrage sur le dessus du mur de moellons. Après y avoir disposé une armature métallique composée de fers tors, on coule le béton dans le coffrage.

On dispose l'armature métallique dans des parpaings

On dispose l'armature métallique dans des parpaings "en U" avant de couler le béton

Après la réalisation de ce premier chainage, on finit de monter les murs et on coule ensuite un dernier chainage horizontal, selon le même procédé. Le coulage du chainage haut permet également de réaliser l'arase et d'ajuster les niveaux. Elle servira également pour la fixation du rail du liner.

Un chainage haut coulé dans des planches à coffrer

Un chainage haut coulé dans des planches à coffrer

Le rail du liner est fixé dans le chainage haut

Le rail du liner est fixé dans le chainage haut

Les pièces à sceller

La technique la plus courante pour placer les pièces à sceller consiste à "casser" les parpaings pour y insérer les pièces qui seront ensuite scellées avec du mortier.

Les pièces à sceller sont directement insérées dans les parpaings

Les pièces à sceller sont directement insérées dans les parpaings

Souhaitez-vous donner votre avis sur cet article ?Un commentaire